Archives de l’étiquette : Parti de Gauche

image_pdf

Avr 01

Après le 31 mars, on continue!

manif 31 lorient

La manifestation du 31 mars à Lorient (Photo Ouest-France)

La communication du PCF

pcf« Votre projet, Madame la ministre, doit être retiré (…). Votre projet de loi, c’est l’angoisse du lendemain et la soumission au patronat et aux actionnaires ».
Eliane Assassi, présidente du groupe communiste au Sénat

Le mouvement de contestation a connu un grand succès jeudi dernier. La pluie battante n’a pas arrêté les 1 200 000 jeunes et salarié-e-s qui ont défilé dans 260 lieux en France.

Ces défilés ne sont que la partie immergée de la colère sociale : plus de 70 % des Françaises et Français veulent le retrait de cette loi de casse du Code du travail. Les sénateurs communistes, sous les invectives de Manuel Valls et les huées de parlementaires de droite, d’extrême-droite et socialistes ont brandi dans l’hémicycle des pancartes : Loi Travail non merci !

Le gouvernement avait cru qu’en négociant le ralliement de la CFDT et en multipliant les intimidations policières, il découragerait le mouvement C’est raté ! La pression populaire s’amplifie et s’exprimera de nouveau dans la rue le mardi 5 avril et le samedi 9 avril prochains.

LOI TRAVAIL EL- KHOMRI : régressions sociales à tous les étages / #OnVautMieuxQueCa

Sans l’avouer ouvertement, le projet de loi met fin de fait aux trente-cinq heures. Des régressions, en voici quelques autres.

1. On travaillerait plus pour gagner moins, jusqu’à douze heures par jour par simple « accord ».

2. Les licenciements seraient facilités. Les risques encourus par les patrons pour licenciement abusif seraient réduits.

3. Les femmes seraient particulièrement pénalisées, notamment à travers la déréglementation des temps partiels.

4. Les patrons auraient toute liberté pour décider quand commence la semaine et contourner la majoration du dimanche.

5. La médecine du travail, les prud’hommes, les institutions représentatives du personnel seraient laminés.

6. Contrairement à un principe fondateur de notre droit social destiné à protéger les salariés, des accords d’entreprises pourraient contenir des dispositions plus défavorables aux travailleurs que ce que prévoit la loi.

Assez des politiques libérales ! Les propositions existent pour une autre politique.

1. Augmenter les salaires et baisser le temps de travail à 32 heures par semaine pour permettre la création de centaines de milliers d’emplois.

2. Créer une sécurité d’emploi et de formation garantissant à tout salarié la possibilité d’alterner périodes d’emploi et de formation sans passer par la case chômage.

3. Écrire un code du travail du 21e siècle qui permette de contester la mainmise des actionnaires et de la rentabilité financière sur les entreprises.

4. Prendre le contrôle du crédit bancaire, de l’argent public donné aux entreprises pour financer non pas des actionnaires sans contrepartie mais des programmes de création d’emplois et de formations qualifiantes, de recherche et d’innovation.

5. Donner aux salariés des droits et pouvoirs nouveaux d’intervention dans les choix des entreprises et aux citoyens et élus dans les choix de la cité.

6. Réformer le financement de la protection sociale pour inciter les entreprises à créer des emplois, financer le développement de la formation professionnelle, mutualiser les dépenses et mieux répartir les prélèvements entre les grands groupes et les PME.

Rendez-vous dans la rue les 5 et 9 avril jusqu’au retrait !

 La communication du Parti de Gauche

parti de gaucheVite le retrait
Le Parti de Gauche salue le formidable succès de la mobilisation du 31 mars.

Malgré un temps exécrable dans beaucoup de villes, cette journée a enregistré 1,2 millions de manifestants soit plus du double que le 9 mars. C’est bien la confirmation, dans la rue, qu’une grande majorité de Français refuse la loi travail.

Manif 31 mars Vannes

La manifestation de Vannes (photo Le télégramme)

Il est plus que temps que le gouvernement entende ce qui monte du pays contre ce projet de loi illégitime. Le PG appelle à se mobiliser pour en exiger le retrait lors des prochaines journées des 5 et 9 avril, comme l’ont décidés les organisations de jeunesse et les syndicats .

Jan 04

Les vœux d’humanité du Front de Gauche du Morbihan

Le Front de Gauche du Morbihan souhaite à ses militants, sympathisants et amis, une année 2016 faite de combats solidaires et de visées humanistes. Une année de reconquête du bien commun.

 

Vous trouverez ci-dessous les déclarations des organisations nationales composant le Front de Gauche.

République et socialismeQue 2016 soit l’année de reconstruction et de refondation de la gauche pour une République Sociale Solidaire Laïque ou liberté égalité fraternité ne soient pas simplement les mots affichés au fronton de nos édifices publics mais soient la priorité de la direction vers laquelle nous devons tendre. Pour que demain soit un monde meilleur et que nous puissions tous ensemble le construire

 

pcfPierre Laurent:  Au nom du Parti communiste Français, j’adresse mes vœux les plus chaleureux aux Françaises et Français. Pour que cette année soit bonne, il faudra puiser dans ce que notre société recèle de meilleur pour tourner la page des moments difficiles de 2015.

Nous n’oublierons pas l’horreur des attentats de janvier, des attaques terroristes du 13 novembre, l’accélération gravissime de la crise politique en France, la dégradation continue du niveau de l’emploi et des conditions de vie, les divisions qui nous empoisonnent.

Mais la France peut s’en sortir par le haut en donnant une réalité, partout, à ses valeurs de Liberté, d’Egalité, de Fraternité et de paix universelle. La France s’en relèvera si elle ose l’investissement massif dans la lutte contre le chômage.

Les annonces faites ce soir par le Président de la République nous indiquent, malgré les belles paroles, que la trajectoire du gouvernement, n’est ni l’apaisement des tensions en France et dans le monde, ni la présentation de mesures efficaces pour la création et la protection de l’emploi.

Le travail est la priorité des Français. C’est la garantie de l’emploi de qualité pour tous qui devrait être inscrite dans la Constitution. François Hollande a déclaré l’ « état d’urgence économique et sociale » mais de concret, rien. Pour notre part, nous agirons sans relâche pour que le droit à l’emploi et à la formation de chaque jeune devienne une réalité en 2016.

Les frappes en Syrie seront poursuivies. L’inscription de l’État d’urgence dans la Constitution et le maintien, malgré les alertes de la société civile, de l’extension de la déchéance de nationalité aux bi-nationaux, sont totalement contraires au discours de François Hollande sur la patrie, sur l’unité des Français.

Le PCF, fidèle à ses valeurs, fidèle aux idées de gauche, prendra plusieurs initiatives d’ampleur pour offrir un avenir aux générations futures, à tous les Français, sans distinction.

parti de gaucheEric Coquerel : Evoquant une année 2015 de « souffrance et de résistance » François Hollande aurai voulu des voeux différents de ceux qui l’ont précédés. Installé dans la posture du père protecteur de la nation dont il espère manifestement tirer des bénéfices en vue de 2017, il a résumé les propositions censées lutter contre le terrorisme et le chômage.

Il dit vouloir attaquer le mal à la racine ? Fort bien mais au lieu de citer les seuls bombardement, méthode dont on connait l’inefficacité, il eut été plus rassurant de l’entendre mettre en avant la récente résolution de l’ONU sur la paix dans la région et rendre hommage aux forces qui luttent avec efficacité contre Daesh dont les Kurdes.

Il dit rendre hommage aux français qui ont fait face au nom des principes de la République et du refus de la division ? Dans ce cas, il eut mieux valu se mettre à leur hauteur en abandonnant la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité et de l’Etat d’Urgence.

Il évoque un Etat d’urgence économique et social ? Nous ne cessons de le réclamer mais ses propositions contredisent là encore le propos. Il reste en effet dans les recettes de la politique de l’offre et du tout apprentissage, véritable aubaine pour les grandes entreprises.

Enfin que vaudront les promesses sur un grand plan de transition écologique avec un budget restant au feu rouge de l’austérité ?

Oui nous voulons faire de 2016 une année de vaillance et d’espérance, celle qui s’appuierait réellement sur les principes d’une République refondée, de la fin de l’austérité, d’un autre partage des richesses et d’une véritable transition énergétique. Dans les actes pas seulement dans les mots. Soit l’inverse de François Hollande…

 

logoFrancis Sitel: Monsieur le Président, Vous n’avez plus rien à prouver pour ce qui est de votre habileté tacticienne, reconnue par tous. Vous en faites une nouvelle et éclatante démonstration avec la question de la déchéance de nationalité.

La mesure n’est d’aucune conséquence du point de vue de la sécurité et de la défense face à la menace terroriste. Chacun le sait et le dit. Il s’agit, comme le répète M. Valls, d’un symbole. Le symbole de votre fermeté. De la détermination du pouvoir que vos incarnez.

Un symbole qui, lancé lors de votre discours devant le Congrès réuni à Versailles, telle une boule poursuit sa course dévastatrice sans pouvoir être arrêtée (du fait du « respect de la parole donnée » !)…

Voici les socialistes qui se veulent toujours de gauche condamnés à ruminer leur indignation. Et les parlementaires de droite obligés de vous soutenir pour que soit adopté ce qu’ils défendent de longue date. Autant de divisions grosses d’une recomposition politique à laquelle on vous sait travailler. Manière aussi de rendre possible l’impossible : un nouveau mandat qui vous soit accordé malgré l’impopularité où vous a plongé la première partie du quinquennat.

Sans doute vos conseillers ne tarissent pas d’éloge pour saluer un tel talent. Ne vous répètent-ils pas que 90 % des Français, traumatisés par les attentats de novembre, approuvent une telle mesure ? Vont-ils jusqu’à vous suggérer que, dans ce conditions, en cas d’échec à réunir les trois cinquièmes des votes au Parlement, un recours est envisageable : le référendum ? Au moins d’en laisser planer la menace…

Là, Monsieur le Président, le vertige et l’effroi nous saisissent.

Ils valent invitation à comprendre que cette histoire n’est pas une simple question de symbole et de manœuvre politicienne.

De très nombreux compatriotes binationaux vivent la mesure envisagée comme une blessure infligée à leur conscience française. Beaucoup d’autres partagent ce sentiment. Fort nombreux sont ceux qui jugent qu’une atteinte en serait portée aux principes fondamentaux de la République telle qu’ils la conçoivent.

Il ne sert à rien de s’accrocher à l’idée que les personnes susceptibles d’être concernées par une telle sanction sont un nombre infime… Cela, c’est le leurre du prétendu symbole. La réalité, c’est le principe, avec le poison de la division et sa possible gangrène.
Dans peu de temps, vos vœux peuvent être le moment du ressaisissement.
Un recul plutôt qu’une erreur historique.

Monsieur le Président, dites que vous renoncez à persister jusqu’à la faute !

 

 

Nov 15

Face aux attentats, le Front de Gauche communique

Face aux attentats, rassemblons-nous pour la liberté, l’égalité, la fraternité, et la paix (Pierre Laurent)

Notre pays vient de vivre l’un des pires événements de son histoire. Les attaques terroristes simultanées de la nuit dernière à Paris et à Saint-Denis, revendiquées par Daesh, faisant à cette heure 127 morts et 200 blessés, sont effroyables. La France est en deuil.

Au lendemain de ce carnage, nos premières pensées se tournent vers les victimes, leurs familles, leurs proches, les témoins et tous ceux dont la vie a été menacée. Pour tous, la douleur est immense. Chacun en France s’en sent profondément meurtri.

Nous saluons l’action des forces de l’ordre, des secours, des urgentistes et personnels de santé et des agents territoriaux dont la mobilisation a été exemplaire ainsi que la solidarité des habitants qui s’est immédiatement manifestée.

Moins d’un an après les attentats de janvier dernier, la République est frappée en son cœur.

Alors que l’État d’urgence vient d’être décrété par le gouvernement, le renforcement des moyens de police et de justice est un impératif. L’État doit trouver durablement les moyens adaptés pour garantir la sécurité de toutes et de tous.

J’appelle notre peuple à ne pas céder à la peur, à se rassembler pour la liberté, l’égalité et la fraternité, et pour la paix. Nous devons refuser les amalgames et les stigmatisations. Ensemble, nous devons rejeter fermement la haine et les racismes.

La France est touchée par la guerre et la déstabilisation qui minent le Proche et le Moyen-Orient. La lutte contre le terrorisme appelle une mobilisation redoublée et des solutions internationales.

Elle ne pourra triompher que dans la mobilisation pour un projet de société solidaire qui place au cœur de tous ses choix l’émancipation humaine, les valeurs de la République et la paix.

Le PCF, ses représentants et ses élus, seront de toutes les initiatives qui, dans les prochains jours, permettront à nos concitoyens de se rassembler pour faire face à cette épreuve et ouvrir un chemin d’espoir pour notre peuple.

Dans ce moment tragique, le PCF a interrompu toute activité de campagne électorale.

Pierre Laurent, Secrétaire national du Parti Communiste français

Aujourd’hui, nous sommes dans un moment de deuil. (Ensemble!)

Les attaques terroristes meurtrières qui ont eu lieu vendredi 13 novembre ont causé de très nombreuses victimes. Elles constituent une tragédie effroyable. Notre compassion et notre solidarité vont à toutes les personnes qui sont touchées par ce drame, aux familles des victimes et à tous leurs proches.

Ces attentats s’inscrivent dans la suite des attaques de janvier dernier contre Charlie Hebdo et l’hypercasher, contre le musée du Bardo ainsi qu’à Sousse en Tunisie. Elles font écho aux tragédies que vit le Moyen-Orient (Liban, Syrie, Irak, Turquie, Palestine…). Les groupes terroristes responsables de ces actes sont inspirés et organisés par Daech. Cette organisation animée par une idéologie totalitaire prétend se revendiquer de la religion pour enclencher une véritable guerre entre les peuples.

Ces groupes politiques fanatisés ont trouvé un terreau favorable pour se développer en Irak et en Syrie, avec la guerre meurtrière menée contre son propre peuple par Bachar El Assad, et par les conséquences terribles de l’intervention américaine en Irak. Ils trouvent un écho parmi des personnes désespérées qui se font embrigader dans une logique mortifère.

Nous sommes face à un défi.

Les réponses ne sont pas à chercher dans une prétendue union nationale, ni dans une surenchère sécuritaire ou dans la remise en cause des libertés publiques. Des mesures sont nécessaires pour assurer la sécurité des populations mais nous nous opposons à l’état d’urgence en ce qu’il empêche les réunions, les rassemblements et les manifestations et permet des atteintes aux libertés individuelles.

Plus que jamais, il faut combattre tous les amalgames, les réactions racistes, islamophobes, et toutes les dénégations complotistes et antisémites que ces actes visent à alimenter.

Nous appelons au soutien des peuples de Syrie, d’Irak, du Liban, de Palestine, de Turquie et du peuple kurde pour la défense de leurs libertés et droits démocratiques.

Ce n’est pas la peur qui doit prévaloir mais la mobilisation citoyenne. Nous appelons à un rassemblement unitaire et populaire pour la solidarité, l’accueil des migrant.e.s et réfugié.e.s, l’égalité, la justice sociale et la démocratie.

Communiqué d’Ensemble, Bagnolet, le 14 novembre 2015.

A l’horreur, opposons la République (Parti de Gauche)

La France vient d’être de nouveau victime d’attaques terroristes abominables. Ce matin comme tout le pays nous sommes en deuil. Nous pensons à toutes les victimes de ces lâches et sommes solidaires de leurs proches. Nous saluons les forces de police et d’armée, les pompiers, les services de secours et de santé qui agissent depuis hier soir sans relâche et la solidarité très forte qui s’est spontanément manifestée. Viendra le temps des analyses et des solutions à proposer. Ce jour, par respect pour les victimes et nos concitoyens, ce n’est pas le moment d’en dire plus. Comme en janvier dernier, réaffirmons à ces misérables fascistes que la France ne leur fera le cadeau ni de céder à la peur ni de renier ses principes. Ils s’attaquent à la République, opposons-leur la Liberté, l’Egalité et la Fraternité…

Eric Coquerel et Danielle Simonnet, coordinateurs politiques du Parti de Gauche