Archives de l’étiquette : Front de gauche

image_pdf

Sep 14

Rencontre départementale pour une alternative

Tout au long de ces derniers mois, plusieurs initiatives, organisées dans notre territoire comme partout en France, ont permis le rassemblement de toute la gauche qui refuse le néo-libéralisme du gouvernement.

Baud 2016 (2)Le quinquennat Hollande aura été le symbole d’un système politique à bout de souffle qui ne répond plus aux urgences de notre temps. Loin de l’alternative espérée, le bilan de ces cinq années est catastrophique : restriction de certaines libertés, stigmatisation, reculs sociaux, renoncements,  accroissement des inégalités.

Dans ce contexte, l’apathie de nos institutions vieillissantes, couplée à l’immobilisme de nos appareils et de nos pratiques politiques, favorise le développement et la propagation des solutions simplistes et dangereuses de l’extrême droite, revendiquées de plus en plus ouvertement par l’ancienne droite républicaine.

Nous affirmons que notre responsabilité collective est de construire une alternative commune pour répondre efficacement aux urgences démocratique, sociale et écologique, de notre société.

Baud 2016 (1)A Baud, le 1er juillet, 80 personnes de tout l’arc de la gauche se sont rencontrés pour discuter des débouchés politiques à donner au mouvement social récent en réaction à la Loi Travail. A Guidel, le 25 mars dernier, la soirée de lancement de l’association Voix de Gauche avait rassemblé plus de 300 citoyens, encartés ou non dans un parti politique, autour de la volonté de construire cette alternative à gauche, en dépassant les logiques internes des appareils.

Le succès de ces initiatives de rassemblement dans le Morbihan a posé les jalons d’une nouvelle dynamique, fondée sur la nécessité de travailler ensemble, en prenant la juste mesure de nos différences et en s’efforçant d’harmoniser et de faire converger nos positions.

C’est dans ce but que nous proposons à toutes celles et ceux qui se reconnaissent globalement dans cette analyse une rencontre le jeudi 22 septembre à Hennebont 20 h Centre socioculturel.

Nous proposons d’y échanger sur les questions qui préoccupent les un/es et les autres ; de lister les occasions et les instances où nous pourrions agir ensemble ; de déterminer des canaux et des méthodes qui permettront de poursuivre les échanges et les actions dans les mois qui suivent.

Quelle que soit notre approche de l’élection présidentielle et la possibilité d’une candidature commune, nous pouvons, en échangeant en amont, trouver des accords pour la suivante (législative) et, surtout, semer des graines de résistance et d’espoir.

Front de gauche, représenté par Joël Gallais; Voix de gauche, représenté par Philippe Noguès; EELV, représenté par Philippe Ladame

 

 

Juil 05

Notre-Dame-des-Landes: rien de changé, on ne lâchera rien !

A la mobilisation des opposants qui ne cesse de s’étendre, le gouvernement a répondu par une consultation biaisée, qui lui permet juste de ne pas tirer les conséquences des manipulations et mensonges des porteurs du projet.

NDDL mai

La détermination de la grande majorité des habitants du secteur de Notre Dame des Landes , des habitants de la ZAD (Zone d’Activité Différée ou Zone à Défendre), de plus de 200 comités de soutien dans toute la france, de plus de 10 partis politiques, de dizaines d’associations, du collectif CeDpa rassemblant plus de mille élus « doutant de la pertinence de l’Aéroport », du collectif des pilotes, de nombreux experts, scientifiques, journalistes, naturalistes, géographes, économistes, … a apporté la preuve de l’inutilité et de la nuisance de ce projet de transfert.

Cette preuve est sans faille et cette consultation limitée aux seul-e-s habitant-e-s de Loire Atlantique, –  alors que le futur aéroport est d’intérêt national ! – n’y peut rien.

Les principaux « décideurs », grands patrons de l’économie, présidents de la région et du département en tête, PS et LR main dans la main, ne trouvent rien de mieux à faire que de promouvoir médiatiquement, et à nos frais, ce projet d’aéroport désuet, dévoreur de terres nourricières et de fonds publics, écologiquement aberrant, socialement inutile, économiquement irresponsable, livrant l’aménagement de nos territoires à la loi du marché.

Comme les syndicats départementaux de salarié-e-s, les organisations paysannes, les associations environnementales,  Nous, organisations et collectifs du Front de Gauche du Morbihan, soutenons les luttes contre ce projet d’aéroport et les grands projets inutiles, dévoreurs de fonds publics et de  terres agricoles, projets uniquement voués à accroître la richesse de grands groupes comme Vinci, et à satisfaire l’égo et la mégalomanie d’une poignée d’élu-e-s trop éloigné-e-s de l’intérêt général.

Les collectifs Front de Gauche du Morbihan

 

 

 

 

 

 

Juil 04

La gauche rassemblée à Baud

A l’initiative du Front de Gauche, 80 militants du PCF, PG, Ensemble, République et Socialisme, POI, EELV, Nouvelle Donne, socialistes en rupture avec le PS, citoyens des collectifs du Front de Gauche, partisans de France Insoumise, militants d’ATTAC, syndicalistes, se sont retrouvés le 1er juillet pour débattre pendant plus de 2 heures sur « le débouché politique au mouvement social ». Philippe Noguès, député ex-PS et son association Voix de gauche était présent, ainsi que Michel Le Scouarnec, sénateur communiste. Le fil conducteur de ces échanges a été, à partir de la diversité de l’assistance, l’affirmation d’une volonté de définir une plate-forme commune à partir des territoires, en co-élaboration avec les citoyens, militants associatifs, syndicalistes. Ce travail sur les contenus d’une vraie politique de gauche, pourrait déboucher sur des candidatures communes aux législatives. Et ce indépendamment des choix  que chaque organisation fera pour la Présidentielle, élection majeure pour laquelle beaucoup de militants ont exprimé le souhait d’une candidature commune de la gauche de transformation.

Baud 2016 (3)

Tous ces militants réunis ont en commun de participer activement à la lutte contre la loi Travail, que Philippe Noguès caractérise comme « achevant la dérive libérale du Parti Socialiste ». Et constatent qu’il n’y a pas de réponse politique évidente à ce mouvement, le refuge dans l’abstention restant très fort dans les têtes. « Construire des programmes à partir des revendications » est une façon concrète d’associer les syndicalistes et les militants associatifs, féministes, écologistes.

« Entrer en débat avec la société et non pas asséner des réponses toutes faites », ont affirmé des militants qui proposent d’engager le débat sur la dette, le salariat, l’économie numérique, et en même temps porter des propositions à partir des réalités locales ; agri-agro, pêche, construction navale, etc.

Chacun a bien en tête que les élections de 2017 seront très « nationalisées » et que les débats structurant porteront sur le partage des richesses, la transition écologique, les services publics, les institutions, l’Europe, le TAFTA.

Baud 2016 (1)…

Le débat s’est engagé sur la prééminence de l’élection présidentielle. Les partisans de France Insoumise proposent de s’appuyer sur la dynamique Mélenchon pour porter ensemble « notre candidat de 2012 ». Hypothèse que personne n’exclut, mais qui n’empêche pas de travailler aussi sur les législatives à partir du local.

Baud 2016 (2)

La méfiance reste grande à l’égard des partis. Raison de plus pour travailler au rassemblement, donner la parole aux gens (campagne « que demande le peuple ? » du PCF), mettre en débat les candidatures en assemblées citoyennes. Les nombreux militants du FG exprimaient la nécessité de ne pas lâcher le Front de gauche, mais d’élargir le cadre, en faire un creuset de la diversité, à l’image de cette assemblée du 1er juillet qui débouchera début septembre sur des rencontres à thèmes, à l’échelle du Département et des circonscriptions, co-organisées par les citoyens et organisations désireux-ses de «construire du neuf ».

 

Juin 23

Aux organisations, militants, citoyens soucieux d’ouvrir une alternative à gauche

 Invitation à une rencontre le 1er juillet

 

 

Lorient, le 16 juin 2016

 

Cher.es ami.es,

 

Nous sommes dans une situation où l’effervescence sociale pose en grand la question du débouché politique à la contestation de la politique gouvernementale.

Depuis plusieurs mois, nous nous heurtons à une politique libérale et autoritaire, illustrée par le passage en force sur la loi Macron et la loi Travail, de la part d’un gouvernement qui se dit de gauche. Cette politique ouvre la voie aux pires scénarios durant la période électorale qui se profile. Dans ce contexte, il est urgent de construire une alternative réellement de gauche, y compris sur ce terrain électoral.

Quelle que soit notre approche sur la Présidentielle, nous sommes convaincus de la nécessité de définir collectivement un projet alternatif au libéralisme et au productivisme, décliné dans nos territoires. Nous avons en commun de refuser l’éparpillement de la gauche de transformation et de vouloir travailler à la préparation des élections législatives du printemps 2017.

C’est pourquoi nous, militants politiques, syndicalistes, proposons aux forces et aux citoyens soucieux d’ouvrir une perspective politique rassembleuse de se retrouver vendredi 1er juillet, à 18 h 30, au local de la Fête de l’Evel au lieu-dit pont de Baud à une 1ère rencontre citoyenne pour répondre à l’urgence sociale et construire l’alternative à gauche.

Recevez, cher-es ami-es, nos salutations fraternelles

Joël Gallais, PCF 56

Josiane Nigaut, Ensemble 56

Alain Barbier, PG 56

Jean-Pierre Fourré, République et Socialisme

Joël Bouglouan, collectif FG pays de Lorient

Collectif FG est-Morbihan

Pascal Le Mentec, militant syndicaliste

Anita Kervadec, militante syndicaliste FSU

Yves Panelay, militant syndicaliste Solidaires

Philippe Noguès, député du Morbihan, nous a fait savoir son intérêt pour cette initiative et sa participation, de même que Michel Le Scouarnec, sénateur.

 

Mar 26

La loi travail fait la guerre aux salariés!

Défendons nos vies, elles sont plus importantes que la rentabilité du capital

manif 9 mars Lorient (1)

Dans la manifestation du 9 mars à Lorient

Confronté à une mobilisation de grande ampleur, le Gouvernement a donc été contraint de revoir sa copie et de reculer sur plusieurs dispositions du projet de loi El Khomri. Mais ce sont des reculs à la marge qui ne changent rien, car, sous l’aiguillon de la commission européenne et du Medef, c’est bel et bien la liquidation du Code du travail qui reste à l’ordre du jour ! Maintenant, arrachons le retrait pur et simple :
> Qui peut croire qu’en facilitant les licenciements, on va créer des emplois ?
> Qui peut croire qu’en faisant travailler plus longtemps ceux qui travaillent déjà tout en gagnant moins, on va réduire le chômage ? 
> Qui peut croire que la définition d’un barème qualifié d’indicatif ne générera pas un nivellement par le bas des indemnités versées au titre des licenciements abusifs ? 
> Qui peut croire à l’amélioration des conditions de travail alors que le suivi médical des salarié-es serait réduit à peau de chagrin ?
> Qui peut croire que les salarié-es ne vont pas être soumis au chantage à l’emploi si les règles sont fixées entreprise par entreprise et non plus par la loi ?

Mais alors, si ce n’est pas dans l’intérêt des salariés, des chômeurs et des jeunes, c’est dans l’intérêt de qui ? Cette loi reprend les revendications du Medef. Ce n’est pas un hasard ! Radio, télé, internet, nous ressassent quotidiennement, sous toutes les formes, que le coût du travail est « trop élevé ». Mais pas un de ces experts en blabla pour rappeler que Bernard Arnault, patron du groupe LVMH, a gagné 10 000 € par minute en 2015 ? Le coût du capital est exorbitant. Pour réaliser de tels gains il faut ponctionner très fortement la valeur produite par les salariés et la faire échapper au prélèvement de l’impôt. Ce prélèvement servait jusqu’à présent à l’école, à la santé, à la facilitation de la vie sociale. Le patronat a obtenu du gouvernement de ponctionner plus fort les salariés et de ne plus contribuer à la vie de la société. Le patronat et les actionnaires qu’il sert disposent d’un gouvernement qui permet à l’argent des actionnaires des entreprises de rapporter tellement plus gros. Cela fait souffrir la société. La loi travail c’est la guerre contre les salariés. Il s’agit de réduire considérablement les moyens de résistance des salariés, des citoyens, de la jeunesse, contre la casse de leurs vies et le pillage des fruits du travail. Au contraire ce dont nous avons besoin maintenant, c’est d’un Code du travail plus protecteur, allégé des nombreuses exceptions à la règle qui l’affaiblissent et l’alourdissent. Ensemble, amplifions la mobilisation pour le retrait de ce projet de loi qui détruirait nos droits, nos vies. Ensemble, battons-nous pour renforcer le Code du Travail.

Vous pouvez télécharger le tract dans la zone de téléchargement

Mar 03

Rallumons l’étincelle du Front de gauche, l’appel pour poursuivre ensemble

Nous, militantes et militants des organisations qui composent le Front de gauche, nous, citoyennes et citoyens engagés dans ce rassemblement d’un nouveau genre que nous avons patiemment construit depuis près de huit années, nous n’acceptons pas de voir réduit à néant ce qui constitue encore pour des millions de gens un peu de l’espoir qui a déserté la gauche et la politique.

FDG

Scrutin après scrutin, lutte après lutte, nous avons progressivement construit les bases d’une nouvelle gauche, courageuse, antilibérale, innovante, écologiste et défendant les libertés. Nous avons réussi à construire entre nous du commun, une culture, des pratiques. Ensemble, nous nous sommes donnés des élu-e-s. Nous avons conservé ou conquis des positions dans des villes, des départements et des régions. Nous avons surtout ranimé une flamme, et redonné enfin un prolongement politique à l’espoir d’un autre monde possible. Nous n’oublions pas ce qui s’est levé, de La Bastille au Prado : ensemble, nous sommes une force.

Mais à l’approche d’un moment politique essentiel pour notre pays, c’est la désunion qui prend une fois de plus le dessus. Après des mois d’atermoiements et d’hésitations, le Front de gauche risque de périr des divisions stratégiques et des compétitions de personnes ou d’organisations. Nous ne nous résignons pas à cette situation qui réduirait tous nos efforts à néant. Le Front de gauche doit vivre et se transformer pour devenir le moteur d’un large rassemblement, une grande force populaire et citoyenne, capable de bousculer un jeu politique désespérant et de redonner un sens à l’idée de gauche.

Nous appelons les organisations du Front de gauche et leurs directions à réagir pour lancer le mouvement. Dans tout le pays, tenons des assemblées citoyennes auxquelles nous inviterons toutes celles et tous ceux qui ont pris part aux combats du Front de gauche, ou qui veulent les rejoindre. Exprimons partout avec force notre volonté de dépasser ce qui nous divise pour affronter tous ensemble les échéances à venir. Vite, faisons-nous entendre !

Les 106 premiers signataires…

Alam Thomas – Maitre de conférence en sciences politiques, Lille (59), Archambault Fabien – Enseignant Chercheur (87), Auxenfans Joël – Artiste plasticien (92), Bardeaux Elsa – Adjointe au Maire (94), Barré Jean-Jacques – Opérateur culturel (75), Bascoulergue Alain – PCF Aubervilliers (93), Bedin Yannick – EluPCF/FDG (18), Berger Paul – Enseignant retraité, Bidet Jacques – Philosophe (92), Billon-Galland Gérard – Syndicaliste (92), Bontoux Françoise – Communiste et féministe (77), Borvo Cohen-Séat Nicole – Sénatrice honoraire (75), Boursier Marie-Pierre – Conseil national du PCF (92), Bouvier Délou – Syndicat de la Magistrature, Brémont Pierrette – Militante FDG (44), Brunet Philippe – Sociologue Paris-Est (75), Cailletaud René, Chambon Gérard – Enseignant (94), Cocard Joël – Syndicaliste (44), Cohen-Seat Patrice – Avocat (75), Coppola Jean-Marc – Élu de Marseille (13), Costé David – Metteur en scène (93), Coutelis Alain, Crozat Dominique – Enseignante retraitée (91), Cukierman Leila – Directrice de théâtre retraitée (94), Delaitre Bernard – co-animateur assemblée citoyenne, Dionnet Brigitte – Conseil national du PCF (93), Duffour Michel – Ancien Ministre (92), Duparc Jean-Paul – Enseignant (06), Dupont Ismaël – Secrétaire départemental du PCF (29), Emilianoz Béchir – Économiste, Ernaux Annie – Écrivaine, Ferrand Jean-Marc – PCF (77) – Foix Alain – Écrivain et metteur en scène (93), Franco Jean-Robert – Artiste, photographe (75), Gallais Joël – Secrétaire départemental du PCF (56), Gayraud Martine – Conseil national du PCF (30), Geminel Gregory – Secrétaire section PCF (94), Genevée Frédérick – Comité exécutif national du PCF (94), Goldberg Pierre – Ancien député, ancien maire de Montluçon (03), Gonneau Jean-Luc – Éditeur (75), Gonthier-Maurin Brigitte – Sénatrice (92), Gravoin Patrice – Militant communiste (75), Grojean Olivier – Maître de conférence en sciences politiques Paris I (75), Guichard Eric – Enseignant-Chercheur ENSIBB (69), Guillet Michel – PCF (44), Habel Jannette – Universitaire (75), Haloui Fabienne – Secrétaire départementale du PCF (84), Hartemann Agnès – Professeur de Médecine Paris 6 (75), Jacquaint Muguette – Ancienne député (93) Jacques Guy – PCF, Job Alain – Ensemble (89), Jollet Anne – Historienne (75), Josso Joël – Elu (94), Jumeau Philippe – Animateur Comité régional de Bretagne du PCF (56), Jurado Grégory – Élu FDG (77), Keucheyan Razmig – Sociologue (75), Khalfa Pierre – Économiste (75), Lalys Frédérique – Syndicaliste (56), Landais Jean-Pierre – Animateur Huma Café de Nantes (44), Le Bronze Marcel – Front de Gauche (44), Le Corre Hervé – Enseignant, romancier (33), Leroy Roland – Ancien directeur de l’Humanité (30), Levy Laurent – Essayiste (75), Loirand Gildas – Enseignant-chercheur (44), Macherel Raymond – Distributeur Cinéma (75), Marlière Philippe – Professeur en sciences politiques, Martel Jean-Paul – Président MNLE Pays de Loire (44), Martin Claude – Enseignant, Mazauric Claude – Historien (30), Meyroune François – Ancien Maire de Migennes (89), Michel Jacques-Philippe – Producteur (93), Michenaud Marie-Françoise – Secrétaire départementale PCF (85), Moitié Jean-Jacques – Directeur des soins-psychiatrie (28), Mordillat Gérard – Auteur et réalisateur (75), Mouly Frank – Elu PCF/FDG (77), Muzeau Roland – Ancien député (92), Nouet Jean-Pierre – Médecin (94), Parny Francis – Ancien Conseiller régional Île de France PCF/FDG (95), Pellicer David – PCF (82), Pena-Ruiz Henri – Philosophe (75), Perez Martine – Fédération de l’Aveyron du PCF (12), Perez André – Fédération de l’Aveyron du PCF (12), Perrot Olivier – Plasticien Photographe (94), Pigeard de Gurbert Guillaume – Professeur de philosophie (24), Pigenet Michel – Professeur des universités Paris 1 (75), Pottier Caroline – Conseil National PCF (85), Poux Gilles – Maire de La Courneuve (93), Puydebois Jean-Louis – Enseignant (19), Quainquart Françoise – Animatrice Assemblée citoyenne (91), Quiniou Yvon – Philosophe (85), Raymont Alain – Secrétaire départemental du PCF (89), Relinger Jérome – Ingénieur (75), Sève Lucien – Philosophe (92), Schurch Mireille, ancienne sénatrice, Topalov Christian – Sociologue, directeur d’études à l’EHESS (75), Tosel André – Philosophe (06), Touzet Hugo – Secrétaire de section PCF (75), Tricot Catherine – Architecte, urbaniste (75), Vergiat Marie-Christine – Députée européenne (93), Vidal Dominique – Journaliste et historien (75), Violain Bernard – Ancien membre du Conseil National PCF (85), Voglieri-Courtel Joëlle – Militante de l’éducation populaire (77), Weber Louis – Syndicaliste (78), Winghardt Marie-France – Elue PCF/FDG (91), Zarka Pierre – Communiste Unitaire/Ensemble (93).

Pour rejoindre les signataires.

Mai 29

Poursuivre les luttes et donner espoir

Par Manuèle Massiera, Présidente du comité du Bol d’Air

Notre 63e fête du Bol d’Air se déroule au lendemain des élections départementales marquées par une forte abstention et, chacun s’en souvient, la victoire de la droite sur le canton de Lanester et Caudan.

Programme-Fete-BA-2015-1

Sur le plan national, le désaveu de la politique gouvernementale a conduit à une sanction du Parti Socialiste. Dans quelques mois nous élirons nos conseillers régionaux. Le Front de Gauche doit poursuivre les luttes contre l’austérité sous toutes ses formes, affirmer ses valeurs de justice sociale, de solidarité et de fraternité pour représenter une alternative, l’union et le rassemblement autour d’un véritable projet de gauche. Cette année encore nous vous attendons, nombreux, lors de cette nouvelle journée festive et conviviale, pour le plaisir de se retrouver autour d’un verre, d’un repas, flâner dans les allées du troc et puces ou swinguer avec nos artistes.

Le programme

8 h 30 Troc et Puces
12 h 00 Ouverture de la fête avec La Cie du Gaz Pot de bienvenue Restauration variée : paëlla, grillades, crêpes…
14 h 30 Teddy Pickers
15 h 15 Les Mégots
16 h 00 La Cie du Gaz
16 h 30 Prise de parole de Philippe Jumeau Secrétaire de la Section de Lanester du PCF
17 h 00 Elz Coustrik

Jan 09

Le Front de gauche est Charlie

5391455

Face à l’attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo, une réaction démocratique et populaire s’impose ! 

Communiqué du Front de gauche, Paris, 7 janvier 2015

L’attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo nous frappe de stupeur. Plus d’une dizaine de morts dont les dessinateurs Charb, Wolinski, Cabu et Tignous ! Notre première pensée va aux familles et aux proches des victimes. Le Front de gauche leur apporte sa solidarité pleine et entière.

Cet acte barbare ne doit pas être laissé sans réaction. Il frappe un organe de presse. Quels qu’en soient les auteurs, c’est à la liberté de la presse qu’ils ont voulu s’en prendre. C’est donc à notre liberté de penser qu’ils ont voulu s’attaquer. Ce sont les libertés démocratiques qu’ils veulent mettre en cause. Ils ne réussiront pas à nous intimider.

Face à cet acte odieux, il faut une réponse qui mobilise tous les démocrates, une réponse qui montre que nos concitoyen-nes refusent d’être entrainés dans la spirale de la peur, une réponse qui affirme, face au terrorisme, que la France est riche de sa diversité, fière de la liberté d’opinion qui y règne. Face à la terreur, il faut répondre par plus de démocratie, plus de fraternité et de tolérance.

C’est pourquoi le Front de gauche appelle tous les forces démocratiques à réagir. La CGT appelle à se rassembler ce soir à partir de 17h, Place de la République à Paris. Le Front de gauche appelle à y être massivement présent.

 

« Articles plus récents