Canton de Pontivy

 !cid_2FFCDC7C-F4F0-4552-A87E-D5D76C12C4FA@home

Communes attachées au canton:

Baud, Bieuzy, Croixanvec, Gueltas, Guénin, Guern, Kerfourn, Melrand, Noyal-Pontivy, Pluméliau, Pontivy, Saint-Barthélemy, Saint-Gérand, Saint-Gonnery, Saint-Thuriau, Le Sourn.

Population : 41 034 habitants

Principales activités :

Agriculture, services publics

Les candidats soutenus par le Front de gauche:

  Marie-Madeleine Doré-Lucas
Candidate titulaire
Formatrice et consultante
  Céline Le Moing
Candidate suppléante
Professeure d’histoire géographie
  André Locussol
Candidat titulaire
Retraité économiste
  Pascal Vaunac
Candidat suppléant
45 ans
Opérateur de plate-forme

 Leurs principaux objectifs:

Rééquilibrage du département entre le littoral et l’intérieur
• Pour un véritable schéma des infrastructures et des services pour le Centre-Bretagne. • Rétablir une ligne SNCF Nord-Sud pour le transport des voyageurs et le développement du transport de marchandises et du ferroutage répondant aux vrais besoins de déplacement des habitants  ( schéma de transport intermodal – cars, aires de covoiturage, vélos, etc… – quadrillant notre territoire). Et pourquoi pas dans le futur, construire une ligne centrale Rennes -Chateaulin ? • Accélérer le désenclavement routier, notamment le contournement nord de Pontivy. • Privilégier les entreprises locales pour les marchés publics, soutenir l’artisanat, les petites et moyennes entreprises et le petit commerce.

Respect de la terre et de l’eau
• Pour le développement d’une agriculture paysanne et biologique créatrice d’emplois, capable de produire une alimentation de qualité, transformée et distribuée le plus localement possible. • Promotion de l’approvisionnement en circuits courts pour la restauration collective. • Non à la transformation des terres agricoles en zones commerciales ! • Vers une autonomie énergétique du territoire par le soutien aux énergies renouvelables (coopératives de citoyens, régie publique de production, aide aux habitants). • Pour la démarche « zéro Phyto » et l’instauration de mesures plus contraignantes pour la protection de l’eau. • Pour le choix d’une autre gestion des déchets par la réduction, le recyclage et la réutilisation. Non au second four d’incinération. Pontivy n’est pas la poubelle du Morbihan ! • Non au projet minier qui menace la qualité des sols sur plusieurs communes dont Guern et Melrand car nous voulons préserver nos terres et nos emplois locaux ( soutien au collectif «Mines de rien»).

Maintien et promotion des services publics 
• Pour un retour en gestion publique de l’eau (demande d’un référendum local) • Donner les moyens de fonctionner à l’hôpital de Kério ( patients et personnels ne doivent pas être les victimes collatérales du sous-fi nancement par l’Etat). • Soutenir les projets de maisons médicales et de cabinets médicaux mobiles. • Favoriser le maintien à domicile des personnes âgées : développer les services à la personne en créant des emplois de qualité ; rendre l’accès aux structures d’accueil plus abordables financièrement et les moderniser. • Affecter les ressources humaines nécessaires pour un traitement différencié des personnes en situation de handicap. • Mettre en place une politique cohérente fondée sur l’épanouissement, l’autonomie et la lutte contre la pauvreté des enfants (projet de territoire). • Réouvrir le tribunal d’instance, développer la prévention (éducateurs, médiateurs). • Soutenir le développement des classes bilingues français-breton dans les collèges publics. • Maintenir les écoles rurales ou de quartier (Non à la fermeture de l’Ecole René Guy Cadou à Pontivy) • Accompagner les associations et les collectivités qui œuvrent pour la culture sous toutes ses formes. • Maintenir les bureaux de poste sur le territoire du Centre Bretagne.

Les réunions publiques:

Le 18 mars à Pontivy > Au palais des Congrès 20h30

Téléchargez la circulaire des candidats

 

 

 

 

   
image_pdf

(1 commentaire)

  1. LE CLANCHE Françoise

    « Recul des indemnités de licenciement » ais-je lu dans votre tract de campagne…
    Comment pouvez-vous utiliser un vocabulaire inapproprié masquant le fait que le gouvernement veut plafonner – à un niveau très bas – les dommages et intérêts en cas de licenciement reconnu sans cause réelle et sérieuse par le conseil des prud’hommes (instance juridique devant statuer à l’occasion des conflits survenus dans le monde du travail) ?
    Nombre de salariés et même de syndicalistes ne font pas la distinction entre les indemnités de licenciement dues à l’occasion de tout licenciement (sauf si une faute grave a été commise) et les dommages et intérêts perçus en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse (abusif si le salarié a moins de 2 ans d’ancienneté dans l’entreprise)…
    Constitutionnellement, c’est aux juges de dire si le licenciement est légitime ou non et d’en évaluer le préjudice pour le salarié concerné au cas où ils jugeraient le licenciement illégitime… et de fixer, en conséquence, le niveau des dommages et intérêts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>