Comment se manifeste l’austérité dans nos communes?

Avec la poursuite des politiques d’austérité, comment près d’un an après les élections municipales , nos élus se positionnent -ils ? Depuis quelques semaines, le vote des budgets (et des impositions) permet de voir concrètement les méthodes utilisées par les exécutifs de quelques communes de notre région .

dessin de l'ARIC

  »  La baisse des dotations de l’état est de 11 milliards d’euros pour les collectivités en trois ans « 

Panorama de quelques communes :

Ainsi à Pont-Scorff, comme il l’avait annoncé lors de ses vœux le maire a répété devant le conseil municipal (le lundi 30 mars 2015) que la baisse des dotations de l’état (- 70 000 € en 2015) allait entraîner le gel des investissements pendant 2 ans  et un « tour de vis » est donné au fonctionnement (baisse de 150 000 €), les charges de personnel baissent de 45 000 € ( les départs ne seront pas remplacés) et pas de hausse  des subventions pour les associations.

À Guidel , Conseil municipal du mardi 31 mars 2015: pour continuer à investir, la municipalité entend « mieux contrôler les dépenses ».  On réduit les charges générales de 2,83 %. Le choix est fait du recours à l’emprunt (1 M d’€) , pas de hausse des taux d’imposition.

À Locmiquélic , Conseil municipal du 2 avril : l’absence d’investissement est patent « Priorité à l’existant ».  Mais pas de détermination de priorité de travaux entre salle des Fêtes , Salle des Sports et l’école Georgeault dont les structures atteintes par la maladie du « béton » menacent de s’effondrer sur la cour de l’école.

À Port-Louis , les leçons du « gouverneur/manager » du pays de Lorient : lors d’un conseil extraordinaire , le mardi 1er avril, Norbert Métairie venu présenter la structure, les finances et les priorités de l’agglo qui regroupe 25 communes a précisé ses solutions pour faire face à l’austérité décidée au niveau gouvernemental : « … compresser les dépenses de fonctionnement, créer des recettes en adéquation avec les dépenses (sic!), maîtriser les emprunts mais aussi leur durée… ».   Compresser les dépenses : c’est ainsi que Norbert Métairie diminue de 1,5 M d’€ à 600 000 € l’avance de trésorerie concédée à la Volvo Race et annonce lors de cette occasion (du pain et des jeux!) le concert gratuit de Miossec pour les citoyens ( pas pour l’agglo). Compresser les dépenses : ce serait supprimer le versement de l’agglo de 812 000 € en 4 ans (rien que pour la liaison Lorient-Lyon) à la CCI qui, gestionnaire de l’aéroport se montre  incapable d’assumer ses compétences et ses responsabilités.

À Ploemeur,  Conseil du 8 avril : baisse de 3 % de l’enveloppe globale des subventions communales aux associations. Comment répartir sans arbitraire ?

 Et la tendance contraire ?

Alors que la plupart des communes choisissent de stabiliser ou de maintenir leur taux d’imposition comme Inzinzac-Lochrist, Pont-Scorff, Guidel, Locmiquélic… les communes de la CCBBO (Kervignac, Merlevenez, Nostang, Plouhinec, Sainte-Hélène) et après l’augmentation de la redevance incitative ( déchets ménagers) en décembre 2014, augmentent les taux de l’intercommunalité de 2,13 % (taxe d’habitation, de 2,20%(foncier bâti), de 5,73 % (foncier non bâti) de 1,73 % ( CFE) Ceci , alors que les excédents des comptes de 2014 se montent à 266 000€ en fonctionnement et 230 000 € en investissements et que l’encours de la dette diminue de 240 000 € à 143 000 € en 2015 soit  de moins 44 % ! Le choix d’augmenter les taux d’imposition pourrait-être justifié par des projets utiles à nos concitoyens …Mieux, la CCBBO dénonce les projets structurants dans la cadre de l’appel des fonds Leader du pays de Lorient à la Région sans en avoir aucun !

Une commune CCBBO : Merlevenez choisit même d’augmenter ses taux d’imposition de 10% ( taxe d’habitation,foncier bâti et non bâti à l’exception de la CFE) en justifiant qu’ils n’ont pas augmenté durant 12 ans ( soit durant 2 mandats des mêmes édiles). Les citoyens de Merlevenez apprécieront de se situer au tout premiers rangs du Morbihan pour la taxe d’habitation ( 20,96%).

Quant à Sainte-Hélène, autre commune CCBBO, elle maintient ses taux d’imposition mais conserve  cependant la première place du Morbihan pour sa taxe d’habitation (23,34%) . C’est en effet, le moins que l’on pouvait attendre de la nouvelle municipalité  élue « sans étiquette ». Cette nouvelle municipalité a un projet « innovant » d’éco-construction de locaux scolaires et périscolaires  ; projet qui coûterait de 20 à 25 % de plus qu’un projet « classique » mais dont le coût global n’est pas précisé. Il est vrai que le slogan de la nouvelle équipe «  Transparence, concertation… » ne devait durer que le temps de la campagne électorale.

Pour la CCBBO : à la négation du contexte se profile une austérité accrue pour les citoyens de ces communes : « au royaume des aveugles , les borgnes sont rois ! »

 «  Une politique d’austérité imposée et suicidaire ! »

On le sait , la constatation générale au niveau national est que l’investissement local est en chute libre  avec toutes ses conséquences sur l’emploi. Les politiques d’austérité frappent de plein fouet les investissements et les marchés publics. Les élus de tous bords ( du PS à l’UMP) accompagnent ce mouvement. Au « tour de vis » selon le maire de Pont-Scorff à « compresser les dépenses «  de Norbert Métairie, maire et président d’agglo de Lorient, l’attitude commune a pour conséquence d’altérer profondément les services rendus aux citoyens ainsi que les conditions de travail des employés territoriaux.

Une autre politique est possible ! Comme le déclarait récemment le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz (1) : « Il faut tourner la page de l’austérité afin de sauver l’Europe » et aussi : « … à mon sens, la priorité devrait être d’abandonner pour de bon les politiques d’austérité car elles appauvrissent les pays les plus démunis et exacerbent les divisions. Malheureusement une partie des leaders européens restent attachés à des remèdes qui ne fonctionnent pas ».

Le Front de Gauche Auray-Port-Louis s’appliquera à le rappeler ainsi qu’à souligner le rôle des élus qui nous mènent  du tour de vis à la ruine. Le passé et le présent éclairant l’avenir, les mêmes causes produisant les mêmes effets, nous pouvons nous attendre au pire quand à la politique d’austérité régionale à venir conduite par le part dit »socialiste » ou la droite.

(1) Le Monde du mardi 11 avril 2015.

 

 

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>