La Volvo Race, un gâchis financier et un déni de démocratie

 Par Gérard Perron

Après la première édition en 2012 qui n’avait rassemblé que la moitié des spectateurs attendus non pour voir les quelques bateaux participants mais les exhibitions de la patrouille de France et le concert gratuit de Yannick Noah, avec un déficit de 800 000 €, le Président de Cap l’Orient, Norbert Métairie, sourd aux interrogations et aux protestations a décidé d’engager les finances de la Communauté d’Agglomération dans une deuxième édition sans consultation préalable des élus communautaires.

 

Le budget consacré à l'accueil de six équipages seulement aurait permis d'acquérir 3000 Optimsts pour les écoles de voile.

Le budget consacré à l’accueil de six équipages seulement aurait permis d’acquérir 3000 Optimsts pour les écoles de voile.

Au dernier Conseil Communautaire, 13 élus se sont abstenus sur l’avance de trésorerie de 600 000 € demandée par les organisateurs, faute d’avoir obtenu les explications sur le budget de l’opération.

En tirant prétexte que cette épreuve est la prolongation de la Whitbread par Francis Chichester, à laquelle Tabarly a participé à plusieurs reprises, on nous vend un soi-disant événement sportif qui n’est ni plus ni moins qu’une vaste opération publicitaire pour quelques grandes marques mondiales.

Six malheureux équipages, alors qu’à l’origine ils étaient une trentaine, se disputent la première place entre les étapes imposées par les sponsors pour des considérations de marketing.

Ceux qui ont tout fait bénévolement pour démocratiser la voile en développant les écoles de voile et les classes de mer voient avec révolte l’accaparement de ce si beau sport de nature par quelques publicitaires. Non, ils n’ont pas initié des milliers de jeunes à la voile pour que des mercantiles l’utilisent pour vendre leurs voitures et leurs camions.

Ils comprennent encore moins les élus qui se laissent séduire par ces charlatans de commerciaux pour gaspiller les finances publiques dans cette mascarade.

Alors qu’à longueur de temps et encore plus depuis les dernières élections municipales et départementales, ils promettent la rigueur et la réduction des dépenses pour des services existants et attendus par la population (culture, sport, aides sociales et autres…), ils acceptent de financer une vaste fumisterie de communication sous prétexte que c’est bien pour l’image de Lorient.

Avec l’ensemble des participations des autres collectivités publiques et des organisations largement subventionnées par ces mêmes collectivités, c’est près de 5 millions d’euros d’argent public qui est ainsi englouti dans la vasière de Kéroman.

Avec cette mesure, nous aurions pu acheter plus de 3 000 optimists qui auraient permis à des milliers d’enfants de s’initier à la voile et ce pendant plusieurs années. On leur propose avec l’arrivée à Lorient de la Volvo Race de voir 5 bateaux sur grand écran pendant quelques instants.

Dans quelle société vivons-nous ? L’avenir de notre jeunesse ne peut se concevoir dans cette société de consommation qui ne pense qu’au profit de quelques richissimes actionnaires au détriment des attentes des millions de gens les plus démunis.

 

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>